Motobineuse, motoculteur : comment bien le choisir ?
Motobineuse ou motoculteur ? Les clés pour comprendre les différences

Motobineuse : Qu’est-ce que c’est ? A quoi sert-elle ?

A l’arrivée du printemps, quand le temps est venu de préparer la terre du jardin potager, en permaculture ou autre, la motobineuse et le motoculteur s’avèrent être d’excellents outils de jardinage.

Pourquoi ? Parce que ces 2 outils motorisés retournent la terre, ce qui permet d’aérer le sol, de le détendre afin  de  mieux recevoir l’eau, les semences, engrais ou les fertilisants ou encore, en automne, de remettre les sols en état.

Plus rapide, et surtout moins fatigant qu’une bêche ou une fourche, utiliser un motoculteur ou une motobineuse, c’est  la garantie d’obtenir de bons résultats pour le jardin.

Comment ? Explications :

1. Motobineuse : Quand et comment l’utiliser ?

Il y a 2 saisons propices à l’utilisation du motoculteur / motobineuse : l’automne et le printemps, et ça pour 2 raisons :

Enlever les mauvaises herbes, aérer et oxygéner une terre compactée par l’hiver, ce travail du sol se fait essentiellement au printemps afin de préparer la terre aux plantations (gazon, semis, etc…). Ici, il s’agit plus d’oxygéner le sol que de le labourer. La motobineuse, équipée de fraises, est alors plus appropriée.

L’automne, traditionnellement, reste la saison où les jardiniers préparent les sols pour l’année suivante. Retournée, la terre est ensuite naturellement disloquée et émiettée par le froid hivernal. Un véritable travail de labour que le motoculteur accompli, surtout s’il est occupé d’une charrue, accomplit.

a. La motobineuse : un outil domestique pour des petits travaux de jardinage 

labourer la terre avec motobineuse

Et pour commencer, un peu d’Histoire, vous savez d’où vient le mot « bineuse » ? C’est un dérivé du verbe « biner », lui-même issu du latin binare, qu’on peut traduire par « retourner la terre une seconde fois ».

Plus petite que le motoculteur, la motobineuse est logiquement moins puissante. Equipée de fraises rotatives, elle reste néanmoins l’outil idéal pour travailler à profondeur modeste (20 cm environ), ce qui convient parfaitement pour les petits travaux de jardinage type ensemencement ameublissement, binage… ou les petits potagers domestiques.

Passés les 1500 m² d’espace vert à traiter, les performances d’une motobineuse risquent de se révéler insuffisantes.

b. Le motoculteur: un outil professionnel

Plus exactement, le motoculteur est issu du matériel de motoculture professionnel. On va retrouver  les mêmes fonctionnalités que sur la motobineuse, la puissance en plus. Plus de puissance, donc un travail plus en profondeur, sur des superficies plus étendues.

Le motoculteur  laboure et trace un sillon en profondeur. Dotés d’un moteur nécessairement thermique, les motoculteurs sont conçus pour labourer des surfaces à partir de 400/500 m². Ils peuvent être équipés de herses, de butoir, voire d’un soc de charrue ou encore d’une remorque.  

Si les motobineuses reposent le plus souvent sur leurs fraises, les motoculteurs sont équipés de pneumatiques permettant à l’engin d’avancer. Bien équilibrés, ils ne nécessitent pas beaucoup de force. Qui plus est, ils disposent la plupart du temps  de plusieurs vitesses (avant et arrière) afin de faciliter les manœuvres sur le terrain labouré.

2. Les modèles de motobineuses et motoculteurs

Maintenant que vous connaissez les principales différences entre motobineuse et motoculteur, il va falloir se décider entre motobineuse électrique, motobineuse thermique, ou motoculteur thermique, le motoculteur électrique, on l’aura compris, n’existant pas.

Qu’est ce qui va orienter votre décision ? En 1er lieu, l’utilisation et la superficie à travailler.

Le tableau ci-dessous reprend les équivalences entre modèles, puissance du moteur et superficie :

Les modèles de motobineuse

Ensuite, ce sont les caractéristiques, différentes selon les modèles,  qui orienteront définitivement votre choix :

La largeur de travail (le gain de temps est proportionnel à la dimension)

La présence (ou non) d’une marche arrière pour une maniabilité accrue

Un guidon réglable et ergonomique  pour une meilleure prise en main

Le diamètre des fraises (à connaître pour pénétrer efficacement l’épaisseur du sol)

a. La motobineuse électrique

labourer champ avec motobineuse életrique

Souvent plus légère et maniable qu’un modèle thermique, la motobineuse électrique est nécessairement reliée à une prise ou point électrique à proximité. Ce qui va limiter le champ d’actions de la machine. Elle est donc parfaitement adaptée aux petits jardins ou jardins citadins, ou pour l’entretien des parterres ou des plates-bandes.

La motobineuse électrique va remuer et aérer le sol sur une petite profondeur. Pour préparer son petit jardin potager, c’est idéal : ce travail du sol en surface va permettre de mélanger les fertilisants, d’émietter les blocs de terre, de désherber.

La prise en main est généralement facile et la motobineuse électrique présente en plus l’avantage d’être silencieuse. Enfin, la motobineuse électrique est dotée de fraises à vitesse de rotation élevée, afin de briser plus facilement les blocs de terre.

b. La motobineuse thermique ou à essence

Le plus souvent dotée d’un moteur essence 4 temps, la motobineuse thermique, ou motobineuse à essence, est privilégiée sur les petits terrains, potagers, jardins urbains, éloignés de toute prise de courant. Autonome, elle sera également plus puissante que sa jumelle électrique et pourra donc effectuer des travaux un peu plus exigeants (labours, entretien des pelouses, des vergers) sans surchauffe, et sur des superficies plus larges, jusqu’à 2.000m² voire plus.

HYUNDAI Motoculteur Thermique 198cm3 6 fraises - HYTW500

A noter aussi que certains modèles possèdent, très pratique, une marche arrière.

En règle générale, la puissance d’une motobineuse thermique sera souvent comprise entre 5 et 7 chevaux. Or plus le moteur est puissant, moins vous le poussez dans ses retranchements, plus vous préservez sa longévité. Donc à puissance égale, dirigez-vous vers la plus grosse cylindrée !

 

 

 

3. Comment choisir le bon motoculteur ?

Labourer pour enfouir les semis ? Ou biner pour aérer et émietter le sol en surface ?

On l’aura donc compris : usage domestique, polyvalent ou intensif, vous choisirez votre machine en fonction de l’utilisation que vous allez en faire. Une petite motobineuse électrique pourra, par exemple, retourner une bande de terre d’une quinzaine de cm de large quand un motoculteur en retournera en un seul passage 70 à 80 cm.

On tiendra également compte de la surface à labourer, la superficie étant déterminante quant au choix de la puissance du moteur de votre outil. Enfin, voyons maintenant quels peuvent être les autres critères à prendre en compte.

Une dernière chose, si vous souhaitez effectuer un semis, éliminer les mauvaises herbes ou simplement densifier votre gazon, sachez que passer le scarificateur avant la motobineuse ou motoculteur peut s’avérer très utile, surtout depuis l’interdiction des produits chimiques (la loi « zéro phyto »). 

a. La puissance du moteur

3 CV suffisent pour des labours sur un terrain de 100 à 1 000 m².

5 CV minimum sont nécessaires pour une surface > à 1000 m².

Pour un champ, parc, verger de plus de 3000 m², 6 CV ou plus sont recommandés. 

Faites confiance aux marques de réputation mondiale et privilégiez les moteurs de fabricants reconnus pour la qualité de leurs produits. On a en tête Briggs & Stratton bien sûr, mais également Honda, Varan, etc..

Enfin, on retiendra également 2 choses importantes :

1/Une puissance forte = un travail du sol facilité = une surface de labour plus étendue.

2/L’utilisation à plein régime du moteur fatigue ce dernier et réduit sa durée de vie.

b. La vitesse de rotation

On parle ici de la vitesse de rotation des fraises. En fait, une fois le moteur lancé, la rotation des fraises vous permet de travailler le sol et de retourner la terre. Une vitesse de 200 tours/min permet d’émietter très efficacement le sol. Souvent, le motoculteur dispose de plusieurs vitesses d’avancement, parfois d’une marche arrière, assez pratique pour manœuvrer, voire débloquer l’engin des racines ou autre déchets végétaux dans lesquelles il peut s’empêtrer.

c. Le nombre de fraises

La fraise, l’organe de travail de la motobineuse, c’est donc ce petit outil rotatif qui pénètre la terre, qui la retourne et qui l’aère. La fraise est composée de 4 couteaux, différents selon les modèles. Couteaux de binage, de labour, selon leur longueur, le diamètre des fraises varient.

Les fraises de labour sont souvent longues (entre 25 et 35 cm), incurvées pour un travail en profondeur. Les fraises de binage quant à elles sont de taille moyenne (15 à 20 cm) et forment un angle droit à leur extrémité.. Bien sûr, plus il y a de fraises sur votre engin, plus la terre est émiettée. Traditionnellement, on compte deux fraises pour une largeur de travail d’environ 20 cm, quatre pour une largeur de 40 cm, etc…

A noter qu’un couteau de fraise s’entretient. Rouille ou champignons, vous devez nettoyer systématiquement  les couteaux des fraises après chaque utilisation de votre outil. Des produits spécifiques et anti-humidité existent. Vous préservez et augmentez ainsi durablement la durée de vie de votre outillage.

A retenir également…

Veillez à ce que les mancherons, les 2 organes qui relient l’utilisateur à la machine, soient réglables en hauteur. Cela permettra d’adapter l’appareil à la taille du conducteur en fonction du travail à réaliser. Un confort de travail loin d’être négligeable !

…un niveau de confort que vous combinerez peut-être avec celui de sécurité que savent apporter certains modèles équipés d’un double interrupteur de sécurité : les fraises s’arrêtent dès que vous le relâchez.

motobineuse jardin

Share on facebook
Facebook
Share on email
Email
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

Avez-vous trouvé ce blog intéressant?

Share on facebook
Facebook
Les produits en vedette dans cette catégorie